Le test de la Stoots kiska 3, meilleure frontale d'Ultra Trail ?

Mieux que la Kiska 2

Stoots fait fort cette année en lançant, en parallèle, deux nouvelles frontales. Enfin, on parle de l'évolution des Kiska et Hekla, les deux modèles phares de la marque s'il fallait trouver un adjectif à des frontales. Aujourd'hui, je vais vous parler de cette Stoots Kiska 3, 1200lm, et de son autonomie annoncée de 7h à 400 lumens. Voici mon avis sur, je le dis tout de suite, l'excellente Stoots kiska 3.

📷 Le test de la Stoots kiska 3, meilleure frontale d'Ultra Trail ? | Mieux que la Kiska 2

Caractéristiques Stoots Kiska 3

  • Prix catalogue 145€
  • Lumens 1200
  • Poids 116g
  • Modes 5 (100lm, 200lm, 400lm, 700lm, 1200lm)
  • Batterie 12Wh

Usage: La Kiska 3 est une frontale d'Ultra Trail, avec un excellent ratio puissance/autonomie/compacité
Points forts: Puissance, autonomie, compacité, modes divers, ergonomie
Points faibles: stabilité sans le bandeau supérieure (prévoir l'achat), prix
Note: 4.75/5

Avant d'aller plus loin, j'en profite pour annoncer le lancement du comparateur rundeals.fr qui liste (entre autres) les avis et meilleurs prix sur les Stoots Kiska 3. RunDeals, un service développé par mon équipe !

Je suis un utilisateur des frontales Stoots depuis plusieurs années. J'ai déjà écrit sur la Stoots Misti 2 et la Kiska 2, qui sont pour moi le meilleur combo lorsqu'il faut 2 frontales sur soi (ça fait partie du matériel à avoir sur beaucoup d'Ultra-Trails et sur l'UTMB).

Comme je l'ai écrit en introduction, cette Kiska 3 arrive en même temps que la Hekla 3 (que j'ai aussi testée). C'est une excellente nouvelle pour les fans de la marque qui se posent éventuellement la question de renouveler leur frontale. Mais alors, il se pose une seconde question, laquelle choisir ? La Kiska 3 et ses 1200lm, ou la Hekla 3 et ses 850lm. En effet, les 2 produits sont finalement assez proches et tous les deux répondront présents en course, et même sur un Ultra.

Stoots Kiska 3 / zoom

Les 7 diodes de la Kiska 3 (1 rouge, 2 faisceaux larges, 2 moyens, 2 étroits)

Comme la précédente Kiska 2 (et toutes les Stoots), la Kiska 3 est une frontale compacte avec la batterie placée à l'avant. Une sangle supérieure pourra être ajoutée au panier, en option (pas fournie par défaut), qui servira à stabiliser l'ensemble. La Kiska 3 est vendue 145€.

Les options

  • Kiska 3 de base : 145€
  • Kiska 3 colorée : 155€
  • Batterie secondaire : 30€
  • Sangle supérieure : 12€

Le site propose également des fixations vélo, casque, et autres accessoires.

Présentation détaillé

La particularité Stoots, c'est la compacité et la modularité du système. La batterie se visse sur le module optique, l'ensemble peut ensuite être clipsé sur le support qu'on choisira, la sangle dans notre cas. La recharge de la batterie se fait directement sur le devant de la frontale, grâce au câble USB fourni. Attention, la batterie ne peut pas être chargée avec un câble autre que celui fourni, ce qui est dommage. Je me suis fait avoir, en oubliant d'embarquer le câble idoine avec moi, oubliant que ce port USB-C n'était en fait pas standard.

Stoots Kiska 3, batterie et support

La Kiska 3 "démontée". Module LED, batterie à visser, support+sangle : 118 grammes

Je fais ici la même remarque que lors de mon test de la Hekla 3. Le poids annoncé par la marque (89g) n'est pas le bon, elle ne prend pas en compte le bandeau, tss tss c'est pas bien :).

Le module optique a évolué fortement depuis la Kiska 2 qui comportait 3 LED. Ici, on a droit à 6 LED blanches et 1 LED rouge. L'idée est d'utiliser des LED moins puissantes unitairement, mais surtout de les agencer de manière à ce que le cône de lumière soit plus travaillé. Plutôt que de fournir un faisceau homogène qui conserve la même forme lorsqu'on pousse la puissance, on utilise 3 jeux de 2 LED. Le premier est globalement large, le deuxième offre un cône intermédiaire, le 3ème est plus étroit (plein pot). Ce dernier s'ajoute lorsqu'on veut le max d'éclairage en focalisant plus dans l'axe.
Comme sur la Kiska 2 et les autres frontales de la marque, le contrôle passe par une palette, discrète, sur le devant (à l'endroit du logo Stoots).

Autre particularité de la marque, l'ensemble est visuellement bien travaillé, esthétiquement, avec un petit côté "proto" usiné à la main. J'aime bien.

Les modes lumineux

La frontale s'allume par un double clic sur la palette. Ça fonctionne mieux que sur la Hekla 3 où je trouve que la palette manque d'ergonomie (il faut double-cliquer plus vite, et ça peut agacer).
On bascule alors entre les modes par simple clic, pour monter les modes, puis par appui long pour descendre. Jusqu'à ce que la frontale s'éteigne. Elle se met alors en verrouillage automatique au bout de quelques secondes.

La Kiska 3 fournit 5 modes de puissance / éclairage. J'adore. Je fais partie de ceux qui aiment optimiser leur utilisation, on a ici le choix entre :

  • Mode 1 : 100lm, 30h
  • Mode 2 : 200lm, 12h
  • Mode 3 : 400lm, 7h
  • Mode 4 : 700lm, 4h
  • Mode 5 : 1200lm, 2h

Le mode 5 à 1200lm ne servira pas vraiment en course, sauf si vous prévoyez de ne rester qu'une heure dehors. On s'en sortira éventuellement, autrement, pour faire un appel de phare pour annoncer qu'on veut doubler le coureur de devant...

En course, les 3 modes que vous utiliserez seront 100, 200, 400lm. Pour info, j'ai fait mon premier UTMB avec une Petzl Tikka qui ne délivrait que 250lm max. On est donc assez confortable avec 400lm, le mode 4 de 700lm servira éventuellement pendant 5 min sur un passage technique.
Bon après, si vous partez pour seulement 2h, faites-vous plaisir et envoyer la sauce !

La Stoots Kiska 3 propose également des modes cachés, qu'on active avec un appui long au démarrage. Un appui d'environ 5s (aller au-delà du clignotement rouge) permet d'accéder aux 4 modes "cachés":

  • Mode 1 : rouge 5lm, 300h
  • Mode 2 : rouge 50lm, 30h. Sympa pour avertir, à l'arrière d'un vélo par exemple.
  • Mode 3 : blanc 20lm, 220h. Ce mode servira en bivouac
  • Mode 4 : rouge clignotant

Pour alimenter tout ça, Stoots utilise une batterie de 12Wh (3,7V x 3350mAh) comme pour la Stoots Hekla 3, et comme l'ancienne Kiska 2. C'est donc intéressant pour comparer les performances en termes d'autonomie. On notera par exemple que la Kiska 3 tient 2h à 1200lm contre 850 lm pour la Hekla 3. Une question de rendement supérieur des 6 LED de la Kiska ?

Différences Stoots Kiska 3 / Kiska 2

Comparaison visuelle avec la Kiska 3 à gauche.

On notera que la batterie ne peut pas être remplacée par une batterie standard 18650, celle de Stoots étant usinée pour pouvoir être vissée sur le module lumineux. Je trouve aussi dommage qu'on ne puisse pas recharger la frontale avec un câble USB-C standard (le port semble identique), c'est toujours pratique si on oublie le chargeur spécifique Stoots.

La Stoots Kiska 3

Au niveau de l'étanchéité, on est sur de l'IP 68 : pas de problème pour prendre sa douche avec, la Kiska 3 est étanche.

En pratique

Il faut prendre son temps pour ajuster le bandeau, qu'il soit bien équilibré. Il vous faudra peut-être quelques sorties pour trouver la bonne tension, d'autant que tout le poids de la frontale/batterie est sur l'avant. On aura tendance à serrer un peu fort, au détriment du confort, sans quoi la Kiska 3 a tendance à ballotter. C'est le seul point faible de la bête, et je vous suggère de prendre en supplément le bandeau supérieur qui stabilise et sécurise l'engin.

Le point fort chez Stoots, c'est l'étagement de la puissance lumineuse. Avec 5 modes de 100lm à 1200lm, on a de la marge, surtout que le mode 100lm suffira presque dans toutes les situations en Ultra (sauf en descente). La lumière est moins blanche que la concurrence, mais on s'y habitue et c'est même agréable. En poussant les modes, on perçoit l'évolution du cône, nettement plus lumineux au centre, ce qui n'est pas le cas sur la Hekla 3 et la Kiska 2. Sur ce point, le faisceau (> mode 3) ressemble pas mal à ceux des Petzl. On gagne en éclairage, à puissance émise égale, la lumière est plus forte dans l'axe.

Stoots Kiska 3, mode 5

Le maniement de la palette est intuitif, mais il faudra se rappeler que l'allumage se fait par double clic. Idem pour le système d'appui long qui permet de redescendre les modes : lorsqu'on arrive au mode max, le clic suivant ne fait rien (on pourrait imaginer qu'on revienne au mode 1).
Le mode caché avec la diode rouge et un mode blanc, j'ai peur qu'un utilisateur normal ne s'en serve pas. Ou bien comme je le disais pour un usage sécuritaire : les 50 lumens de la diode rouge ça alerte bien les voitures. Idem les 20lm blanc auront leur usage au bivouac, ou au camping...

Je n'ai pas testé la Kiska 3 autrement que sur quelques sorties de nuit. Enfin, je n'ai pas encore fait d'Ultra, son usage prédestiné. Je ne peux pas donc parler de l'autonomie, mais au regard de la batterie fournie, et des modes disponibles, la Kiska 3 n'aura pas de mal à tenir une nuit complète si vous alternez entre les modes intelligemment. Le mode 3 à 400lm est annoncé pouvoir tenir 7h, le mode 200lm 12h, sachant que le mode 1à 100lm (30h) fera le job sur toutes les montées. Pour info, en étant économe, j'ai tenu 2 nuits sur une seule batterie (la mm qu'ici, une 12Wh) avec la Kiska 2 pendant le Oman by UTMB en 2019.

Stoots Kiska 3, différence / Stoots Hekla 3

Pour terminer, j'aimerais préciser que la Stoots Hekla 3, à gauche ci-dessus, est presque aussi bonne que la Kiska 3. Mais un peu moins bonne quand même :). Pas pour une question de puissance, mais principalement pour une question d'ergonomie de palette, et l'étagement en 5 modes plus efficaces sur la kiska 3 (focalisation en particulier). En revanche, je ne sais pas si l'écart de prix le justifie (115€->145€).

En conclusion

Bon, je ne vais pas aller par quatre chemin, je pense que cette Stoots Kiska 3 est quasiment la meilleure frontale de trail du moment. Les modes, au nombre de 5, sont bien étagés, et il y a de la puissance à revendre. Le faisceau a évolué depuis la Kiska 2, en mieux dirais-je, 2 des 4 diodes s'occupant plus spécifiquement de fournir un faisceau étroit sur les modes 4-5, ce qui offre une meilleure portée sans être pour autant trop gourmand. L'ergonomie est bonne une fois qu'on a pris le coup, et l'autonomie est excellente. Le seul bémol, la stabilité n'est pas son point fort si vous ne prenez pas la sangle supérieure en plus. Le tarif est également conséquent (145€), mais c'est aussi le prix à payer pour une production made in France.

Pour terminer, n'hésitez pas à consulter mon comparateur rundeals.fr qui présente les promos sur les Stoots Kiska 3 (entre autres). Si vous l'utilisez, vous contribuerez à faire vivre Journal du Trail !