Le test complet des Kiprun KS900, la chaussure à 1000 bornes

Pour le marathon et les gros coureurs

Au fil des années, Decathlon, sous sa marque Kiprun, propose des modèles de plus en plus travaillés et aboutis, à même de convaincre des coureurs exigeants. Depuis des modèles très légers pour les courses courtes (comme la Kiprun ultralight, maintenant remplacée par la KD800) à des chaussures plus polyvalentes (la KD Plus, que nous avions testée précédemment), la gamme est large, et plutôt qualitative. Cette KS900 est annoncée comme une chaussure pour aligner les kilomètres avec un confort haut de gamme, une mousse légère et réactive, et une durabilité annoncée de 1000kms. Rien que ça ! Voici notre revue détaillée de ce modèle qui nous a convaincu.

📷 Le test complet des Kiprun KS900, la chaussure à 1000 bornes | Pour le marathon et les gros coureurs

Caractéristiques Kiprun KS 900

  • Poids 256g
  • Drop 8mm
  • Prix catalogue 120€

Usage: Pour les gros coureurs, qui recherchent un produit durable, les longues distances sur route
Points forts: Confort, amorti, souplesse, robustesse ?
Points faibles: Prix un peu élevé pour Decathlon
Note: 4.5/5

Présentation des Kiprun KS900

Ce modèle est tout nouveau chez Decathlon, fruit d'un travail de 2 ans des ingénieurs Decathlon sur la mousse d'amorti et sa conception générale. L'idée directrice était simple : proposer une chaussure confortable jusqu'au marathon, qui puisse être une compagne idéale des entraînements quotidiens et des courses longues pour 85% du peloton, et qui soit durable, stable, et légère. Cela fait beaucoup de qualités à combiner au sein d'une même chaussure.

Kiprun KS 900 de profil

Pour la légèreté, compte tenu de l'épaisseur de la semelle intermédiaire (29mm au talon, drop de 8mm), on peut dire que le contrat est rempli: 256g en 42, et 282g en 44.5. Elle se place ainsi parmi les modèles "longue distance" les plus légers.

Le drop de 8mm s'impose comme le standard dorénavant, et on le retrouve dans la plupart des cœurs de gamme des marques (la New Balance NB1080 V12, Saucony Triumph 20, bientôt la Cumulus 24 de chez Asics que l'on pourra comparer à la KS900), permettant une course assez naturelle sans pour autant demander trop d'adaptation aux tendons comme les Altra et leur drop 0.

La Kiprun KS 900

Le mesh semble résistant, il est aéré, avec suffisamment de structure pour assurer une bonne tenue. Pas de tissage moderne en chausson, ni de matériau ultra-light, ce n'est pas le propos de la chaussure et cela permet de maintenir un prix concurrentiel (120€). On notera quand même qu'on dépasse ici de loin les tarifs auxquels la marque nous avait habitués.

Si l'avant est très aéré, le dessus est doublé à l'intérieur afin d'apporter du support et de la tenue. La languette est maintenue par une bande élastique ce qui lui permet de ne pas bouger, et d'apporter encore un peu de maintien au niveau du medio-pied. Elle est épaisse et protège parfaitement de la pression des lacets.

La languette de la Kiprun KS 900

A l'arrière, le talon s'enfonce légèrement dans la semelle intermédiaire, un peu à la manière d'un siège baquet. Cela assure de la stabilité, encore accentuée par la fine tige de plastique horizontale qui entoure celui-ci en plus de la coque rigide. Finalement, on est en présence d'un véritable collier de talon, qui va parfaitement le maintenir.

Kiprun KS 900, zoom talon

Au-dessus de la coque, la tige se resserre afin de bien serrer le tendon d'Achille et accentuer encore le maintien de la partie arrière. La couche de mousse est épaisse, douce, et aucun souci de frottement ni d'ampoule n'est à déplorer.

Les lacets assurent un excellent serrage, facilement ajustable sur la longueur du pied grâce à leur matériau qui accroche. Cela parait bête dit comme ça, mais on a encore vu récemment des chaussures haut de gamme être mauvaises sur ce point (les Altra Vanish Carbon, ce que nous avions d'ailleurs relevé dans le test). Donc autant le dire aussi quand c'est bien!

La languette et le dessus de la Kiprun KS 900

Sous le pied, la toute nouvelle mousse MFOAM est à la fois, légère, moelleuse et réactive, en plus d'être annoncée comme très résiliente, avec son amorti "garanti 1000km". Pas de structure complexe avec différentes mousses, de plaque composite, la conception reste classique: une tige, une épaisse couche de mousse, et une semelle extérieure.

C'est cette mousse MFOAM que Kiprun met en avant comme atout principal de la KS900, ce qui doit aider à "briser le mur des distances", selon la marque.  Elle est assez souple au toucher, et très flexible. C'est presque étonnant vu l'épaisseur de la chaussure, mais c'est très agréable en course. Il faudra quand même valider la promesse de son efficacité après 1000km.

La semelle externe de la Kiprun KS 900

En dessous, la semelle externe se veut aussi durable, avec un dessin classique, des encoches de flexion, et une efficacité annoncée sur sol sec comme mouillé.

L'autre élément qui permet à la chaussure d'aider le coureur à tenir la distance, c'est la forme de sa semelle. Celle-ci est très évasée à sa base : son empreinte au sol large. Cette plateforme est aussi plutôt plate (le profil n'est que légèrement incurvé). Cela offre une pose de pied sûre, et limite l'affaissement du pied quand la fatigue arrive. A l'arrière, le talon est fortement chanfreiné, une conception classique pour faciliter la transition vers l'avant du pied et la poussée finale pour les coureurs attaquant du talon.

Le test terrain

L'accueil est très bon. Dès le premier enfilage, c'est la sensation de confort qui domine. Le mesh est souple, doux, et le fit est suffisamment ajusté : les orteils ont de la place, et tout le reste du pied est bien maintenu. Mention spéciale au maintien du talon : sous une apparence minimale (l'empeigne y semble basse), le collier plus rigide joue très bien son rôle, et le talon ne bouge absolument pas.

Le test de la Kiprun KS 900

Le dessus du pied est bien tenu, sans excès. Ce n'est pas un chaussant orienté "course", ajusté comme il faut, fait pour fonctionner pour le plus grand nombre. Cela correspond très bien à la cible de la KS900 : une chaussure d'entraînement ou de marathon pour la plupart des coureurs, qui ont besoin de confort et de maintien en fin de course. On ne s'adresse pas ici aux chasseurs de chrono.

Nous n'avons pas eu de souci avec l'empeigne de la KS900. Le pied est bien maintenu, quelle que soit l'allure (de celle d'un footing tranquille jusqu'à l'allure d'un 10km), ou lors des changements de direction brusques (course urbaine, par exemple). La place pour les orteils est appréciable, ceux qui apprécient une "toebox" spacieuse seront servis.

Test des Kiprun KS 900

Enfin, la star de la chaussure, c'est sa couche d'amorti, mise en avant à raison par Kiprun. La mousse MFOAM est moelleuse, mais pas molle pour autant. A l'impact, elle se compresse sans pour autant s'affaisser, et le retour d'énergie est sensible. On n'est pas du tout dans le même ressenti que les mousses "super critiques" modernes, avec un rebond presque exagéré, mais plutôt dans une mousse classique non moins efficace.

Loin de se cantonner aux footings tranquilles, la chaussure répond bien aux allures plus soutenues, aidée par son poids contenu. Avec sa semelle très flexible, la KS900 est vraiment agréable à courir, le déroulé du pied est naturel, pas guidé. La chaussure est engageante, et la bonne accroche n'y est pas non plus étrangère.

Test run des Kiprun KS 900

Difficile de se prononcer sur la durabilité annoncée, mais en plus de 100kms, l'amorti répond toujours comme au premier jour, et la semelle externe n'a aucune marque d'usure.

Conclusion

Kiprun propose là une excellente alternative aux classiques des autres marques que sont les NB 1080, Saucony Triumph, adidas Solar Glide 5. Une chaussure confortable, assez dynamique, faite pour borner sans souci. On notera quand même que la grande enseigne s'éloigne des tarifs auxquels elle nous avait habitués : à 120€ on se rapproche des prix proposés par la concurrence, comme la Nike Pegasus 39. Il faudra quand même valider cette durabilité annoncée, car la promesse au client est bien de pouvoir courir 1000 kms sans que la chaussure perde en qualité.