Ultra Pirineu 2017

En pleine actualité Catalane!

Courir en Catalogne à deux pas de la Cerdagne c'est un peu comme faire un pélérinage, pour tout traileur. L'Ultra Pirineu qui fût en son temps appelé Cavalls dels Vent (les chevaux du vent) est une course de 110km et 6400m de dénivelé positif. Elle emprunte les sentiers d'un grand Parc Naturel, le Cadi Moixero et contourne quelques lieux connus de la région comme la Pedraforca spot historique de l'escalade catalane.

📷 Ultra Pirineu 2017 | En pleine actualité Catalane!

C'est dans cette région que grandissait il y a 25 ans le jeune Kilian Jornet. Habitant avec ses parents au refuge de Cap del Rec à 2000m d'altitude il avait dès son plus jeune age l'habitude de se rendre à l'école à pied par les sentiers et l'hiver en ski de fond, descendant le matin, remontant le soir. C'est ainsi que naissait la légende du sport.

L'Ultra Pirineu est une course Salomon. Cela signifie que le plateau au départ de la course est parfois relevé (des deux courses en fait puisqu'en plus de l'Ultra, un Maratò est disponible). Ainsi Kilian était prévu sur l'Ultra mais a finalement couru la petite soeur au grand plaisir du tout récent Champion de France Nicolas Martin qui réussit à le talonner en finissant à seulement 20s.

Je partais sur cette course inquiet. Lors de mon dernier footing quelques jours avant la course je ressentais un échauffement au genou gauche, quelques chose de très très semblable à un début de tendinite du TFL. Je n'étais donc pas très confiant sur la ligne de départ, je savais déjà que la course n'allait pas se dérouler au mieux.

Pour la deuxième fois sur un Ultra je cours avec mon frère. Nous partons de la place du village redécorée pour l'occasion comme en écho à l'actualité en place de la république catalane. Une immense banderole à la République Catalane habille une large façade de maison. Le début de la course est très vertical puisque c'est 900md+ qui nous attendent jusqu'au premier ravito, puis à nouveau 900m d+ jusqu'au deuxième. Sans trève. L'ambiance est assez riche et au moindre croisement de route les accompagnateurs viennent encourager les coureurs. C'est une constante sur toute la course puisque les ravitaillements sont tous aisément accessibles en voiture.

Le profil de course de l'Ultra Pirineu, 110km et environ 6600m d+.

Je cours avec Olivier mon frère. Nous participons parfois à quelques courses de printemps autour de Paris, mais c'est la première fois que nous nous retrouvons sur un Ultra après le majestueux UTMB de l'année dernière. Nous partons avec l'idée que chacun ferait sa course, même si j'espère tenir l'allure fraternelle. Olivier a toujours été plus rapide que moi, mais il est cette année un peu moins préparé pour le long. Je sors pour ma part d'une saison dense et d'un excellent OCC.

Sur les crêtes avant d'arriver au refuge Niu d'Aguila. Le nid d'aigle.

Après la longue montée du début de course, nous arrivons au Niu d'Aguila au 14ème kilomètre. La section qui nous attend ensuite jusqu'à Serrat est superbe. Une longue progression en descente de crête, très photogénique où je passe beaucoup de temps à filmer et prendre des photos. Il ne fait pas trop chaud, ni frais en ce début d'automne, les conditions sont optimales et le corps répond bien. Je sens cependant que le genou devra être ménagé.

Sur les crêtes en début de course.

Nous arrivons à Bellver au 40ème km après une section plate de 5km où il faut faire attention à ne pas s'abimer, le soleil tape et le vent a tendance à se cacher dans ce fond de vallée qui signifie aussi qu'il faudra remonter. Comme toujours. C'est ici que commence réellement la course avec une succession de 3 belles grimpes de 600-700 d+ réparties sur une vingtaine de kilomètres jusqu'au Pas de Gosolans. Bellver est aussi le point de départ et l'arrivée du Marathon l'autre course du weekend. Nous sommes contrôler méthodiquement à l'entrée du ravitaillement où nous montrons nos vestes imperméables, manches longues, collants thermiques et autres classiques de tout Ultra.

En courbe de niveau vers le soixantième kilomètre.

Dans les montées qui suivent et jusqu'à Cortals puis Aguilo le ravitaillement n°6 nous entrons doucement dans l'Ultra et commençons à accuser le coup, sur le plan biomécanique pour moi (mon TFL), en terme d'endurance pour Olivier. Aussi nous comprenons que nous finirons ensemble ce second Ultra partagé. Le plateau sur lequel le Pas dels Gosolans débouche annonce la fin de la journée, il est déjà 19h. Le soleil se couche dans la descente vers Gosol. Commence alors comme dans tous les Ultras un moment que j'aime, celui où on intériorise et où on se retrouve seul avec soi-même: la nuit.

Coucher de soleil dans la descente vers Gosol.

Après Gosol il reste 35km. 35km de nuit en forêt. Avec olivier nous cheminons en alternant marche rapide et course lente jusqu'à l'arrivée. J'aime assez les longues heures dans la nuit où le temps s'arrête, cet état où tout semble flotter et aller simplement, où il n'y a plus à réfléchir, où notre seule fonction est d'appréhender le terrain, adapter le rythme, courir. C'est mentalement fluide, c'est le flow.

Debrief de l'UltraPirineu

Voici en quelques points mon debrief personnel et mon avis sur cette course, si on pouvait la comparer aux autres:

  • Le départ à 7h depuis le centre du village de Baga est optimal. Il n'est pas trop tôt, juste assez pour profiter du maximum de la journée et il n'est pas nécessaire de mettre les frontale. La place d'où nous partons est superbe, à l'ancienne dans le vieux centre comme on en trouve souvent dans les villes espagnoles;
  • L'ambiance est au top, en particulier du fait que les ravitos sont très accessibles;
  • Les ravitos sont très corrects, même s'il n'y a pas de TUC (mais de petits biscuits salés type apéro). Une soupe salée est proposée dans tous les ravitos, et tout ce qu'il faut par ailleurs;
  • Mention spéciale au ravitaillement de Gresolet et aux deux animateurs en poste auxquels je décerne le prix de meilleur ambianceurs de l'année!
  • Le terrain n'est ni trop technique, ni trop pentu. Pas tout à fait aussi roulant qu'un Lavaredo mais comparable en difficulté.
  • Les plus beaux paysages se trouvent sur les 2 premiers tiers de la course ce qui est parfait puisqu'il faut nuit ensuite. La montée vers Niu d'Aguila puis la crête qui en redescend ainsi que toute l'approche qui mène au Pas dels Gosolans et la descente vers Gosol;
  • J'ai quand même été déçu par l'absence de tshirt finisher (je n'avais pas fait attention à cela), et à la bière sans alcool offert à l'arrivée (que je trouve presque ridicule). Pour ceux qui aiment, une belle médaille compense. Notons aussi que le maillot offert avec le dossard, un polo Salomon, est très joli.

Je suis aussi un peu déçu de ne pas avoir mieux profité de l'événement. Ma tendinite au TFL m'a contraint à ne pas trop forcer, et la méforme relative d'Olivier ne lui a pas non plus permis de s'exprimer comme il aurait voulu le faire. En d'autres conditions nous aurions pu nous amuser un peu plus. Nous sommes décidément habitués à la contre-performance lorsque nous courons ensemble comme lors de notre UTMB qui n'avait pas non plus été très brillant. Une autre fois peut-être...

Vidéo de l'Ultra Pirineu

Résultat de l'UltraPirineu

Point de passageVitesseClass.Jour/heure de passageTemps de course
794m | Baga - Sortida- km/h -Sa. 07:0000:00:00
1629m | Rebost4,81 km/h 539Sa. 08:3501:35:03
2516m | Niu d'Aliga4,33 km/h 500Sa. 09:5902:59:41
1507m | Serrat Esposes6,13 km/h 435Sa. 12:1905:19:33
1042m | Bellver7,97 km/h 433Sa. 13:46 / Sa. 13:5606:46:55
1600m | Cortals5,01 km/h 380Sa. 15:5308:53:03
1998m | Prat d'Aguilo4,45 km/h 380Sa. 18:2411:24:03
1441m | Gosol5,22 km/h 364Sa. 20:49 / Sa. 21:2013:49:30
1669m | Estasen5,57 km/h 323Sa. 22:5515:55:09
1565m | Sant Jordi3,79 km/h 297Di. 03:2620:26:51
789m | Arribada Baga4,85 km/h 305Di. 05:3722:37:55

Partager