OCC 2017

Mon objectif de l'année :)

L'OCC, la petite course de l'UTMB. Petite soeur dernière née d'une fratrie comptant 3 Ultras menée par la plus grande course au Monde, l'OCC reste quand même une belle course de 57km et 3250m de dénivelé positif. De quoi refroidir les ardeurs de celle ou celui qui y verrait une formalité et l'occasion de s'offrir une arrivée à Chamonix sans trop d'effort.

📷 OCC 2017 | Mon objectif de l'année :)

Après mon UTMB en 2016 je n'avais pas prévu de revenir à Chamonix en 2017. Cela faisait 3 ans que je courais sur les sentiers qui mènent à la capitale du trail et j'avais envie de faire autre chose en cette fin d'août. Lorsqu'en début d'année Kilian Jornet annonçait qu'il participerait à l'UTMB cette année, puis découvrant le plateau des élites engagés sur la course (François d'Haene, Xavier Thévenard, Luis Alberto Hernando, Jim Walmsley, Gunther Frau), je réalisais que je ne pouvais pas ne pas être présent à cette édition qui s'annonçait unique. Je décidais donc que je reviendrai en 2017 sur l'événement.

Je contactais alors l'organisation de la course, et je profitais de ma notoriété (oui bon ça va...) de blogueur et youtubeur trail pour obtenir un dossard "presse" sur la seule course de la fratrie que je n'avais pas encore honorée: l'OCC.

Voir les récits de mes 3 courses à l'UTMB: CCC 2014, TDS 2015, UTMB 2016.

Mieux qu'une polaire de finisher qu'on ne met pas, les 4 brasselets des courses de l'UTMB!

Sans doute pour des raisons similaires je découvrais lors des quelques mois qui précédaient la course que plusieurs connaissances aller aussi participer à la course et parmi eux mon camarade Jean-Pierre Run Run, les journalistes Nicolas Gardon (Jogging International) ou Cécile Bertin, mais encore Valmente des réseaux sociaux :). C'est finalement avec Sébastien Réby de globe-runners.fr que je passerai le plus de temps pendant la course puisque nous nous serons chassés sans interruption pendant 8h20 pour finir ensemble à Chamonix. J'allais aussi retrouver Maxime mon camarade autour du Mont Blanc pour la quatrième année (Nous avons couru les même éditions de la CCC, de la TDS et de l'UTMB), et rencontrer l'égérie critiquée de nombreux coureurs jaloux: Anne Doubidou venue m'encourager.

La météo n'a pas été clémente, c'est le terme qu'on utilise lorsqu'il pleut et il aura plu du début à la fin de la course. J'aime autant cela qu'une canicule. J'ai fait en sorte d'optimiser ma course, et puisqu'il ne s'agit "que" de 57km je décidais de partir vite, juste en dessous du lactique. Pour cela, il m'aura fallu bien gérer mon alimentation et plutôt satisfait de récentes courses où j'avais testé le combo gourde 500ml eau | 500ml iso "assez" concentré (jusqu'à présent oui je ne tournais qu'à l'eau claire dans les flasques) je décidais de m'appuyer sur ce premier consta: l'iso me réussi bien. J'allais aussi compléter cette boisson assez chargée avec un cookie oléagineux maison entre chaque ravito avec une conséquence logique: j'ai moins eu besoin de manger aux ravitos, à savoir 1 demi banane + 1 verre de coca seulement à chaque arrêt (2-3 min max). Ainsi, gain de temps général conséquent.

Vue sur le Mont Blanc depuis le 6ème étage de la tour de l'ENSA.

J'ai beaucoup couru cette année, des trails d'entretien de 20-30km autour de Paris au printemps mais surtout les TransGranCanaria, UltraFiord, Tenerife Blue Trail, Lavaredo Ultra Trail, UT4M Challenge, des gabarits qu'on se fixe plus souvent comme l'unique objectif d'une année. A l'inverse, et pour me motiver pour cette fin août je me suis donné comme target de courir une belle OCC. Ainsi l'OCC, mon objectif requalifié de l'année.

J'ai aussi relativement moins filmé pendant la course, en partie parce-qu'avec la pluie je n'ai pas pu sortir la caméra et que mon smartphone n'est pas très plaisant pour produire des images. Je voulais aussi vraiment "bien" courir et ne pas trop perdre de temps sur ma vidéo. J'ai pu maintenir l'effort dans toute les montées, en prise au seuil, sans connaitre de moins bien. Dans les descentes, un peu à l'inverse de mes habitudes, j'ai plutôt géré. Je pense même que j'aurais pu pousser un peu plus, mais c'est facile à dire une fois la course terminée.

Best Ever Garmin Fenix 5 watchface!

Best Ever Garmin Fenix 5 watchface :)

J'ai rarement la volonté de faire une perf, je n'ai pas le niveau pour être bien placé et je considère que cela a peu de sens de terminer sur les rotules pour gagner 20 places sur un classement anecdotique (je termine 223/1560). Ainsi depuis que je cours en compétition, je ne découvre que maintenant et je découvre encore qu'il est encore possible progresser en optimisant simplement sa gestion de course. C'est d'ailleurs un paramètre important dans la performance en plus de la prépa et de la connaissance de soi.

Je compte ainsi mettre en pratique ce que je viens de valider sur cette OCC en espérant ré-itérer une belle course sur l'Ultra Pirineu la semaine prochaine!

Ci-dessous le plus important et le plus fun, ma vidéo de la course :) !

Vidéo de l'OCC

Partager