Marathon des Sables 2019

La légende du désert

Je n'aurais sans doute jamais pensé participer à cet événement mythique il y a une dizaine d'années. Cette course pensais-je à l'époque elle est pour les fous, ceux capables de courir des heures sur le sable et dans la fournaise du désert un sacs de 8kg dans le dos avec les vivres d'une semaine.

📷 Marathon des Sables 2019 | La légende du désert

Puis le temps a passé, j'y étais allé faire des photos pour Terres d'Aventure il y a 5 ans, et l'idée a germé. J'avais couru de nombreuses courses de trail, j'étais allé au bout sur la plus grande l'UTMB, je n'avais pas trop souffert sur l'UltraMirage dans le désert tunisien. J'étais près, j'ai validé mon inscription au MDS.
En plus de l'exploit sportif le Marathon des Sables est une superbe aventure humaine qu'on ne retrouve pas ailleurs, ce que j'ai vécu avec mes frères de course restera gravé. Je souhaite à tout le monde de le vivre !

Mon Marathon des Sables

J'ai repris ici les comptes rendus de chaque étape, pris à chaud dans le désert une fois arrivé au bivouac. J'ai aussi écrit une présentation du matériel utilisé pendant l'épreuve ainsi que la nourriture pour ces 7 jours d'autonomie. Un travail minutieux de préparation qui peut éventuellement vous servir si vous envisagez de courir cette course.

Étape 1 - 32.2 Km

 Étape 1 du MDS

Voir la vidéo de la première étape

Départ à 9h sous Highway to Hell d'AC/DC, l'ambiance est donnée ça va être l'enfer. On a beau savoir que nous nous lançons pour 6j de courses dans le désert, je pars beaucoup trop vite: 3 premiers kilomètres en 21min avec quelques dunettes à passer et un sac pas tout à fait vide. Le terrain alterne grandes lignes droites sur du reg bien dur, quelques sections de gentilles dunettes et un ou deux passages d'Oueds. Le terrain est très plat, nous n'avons passé qu'une petite bosse d'à peine 50m. Pour le reste il aurait fallu courir mais les passages de dunes et le sac de 7.5kg ont tempéré mes ardeurs. Et puis il va falloir repartir demain.

Jour 1 - On découvre le sable du désert
Jour 1 - On découvre le sable du désert. Prochaine étape: 32km de vraies dunes, et là ça va être une autre histoire

 

Étape 2 - 32.5 Km

Étape 2 MDS

Voir la vidéo de la deuxième étape

Lorsqu'on a ouvert le roadbook hier nous savions que cette 2ème étape pouvait être difficile: la traversée de l'Erg Chebbi des dunes de Merzouga pour une étape de 32km. Pour corser le tout, le premier ravito est au 13ème km et le second seulement après les dunes au 26ème: il faudra prendre beaucoup d'eau.
Je pars relativement doucement sur la première section jusqu'au premier ravito avant les dunes, ça va. J'entre dans le sable et je hausse le rythme car je me sens bien. Je remonte doucement les coureurs en essayant de profiter du superbe paysage des plus hautes dunes marocaines. Je me sens globalement un peu mieux qu'hier et j'arrive au second ravito en accélérant encore un peu, pouvant courir sur les zones de sable plus dur. La dernière section jusqu'à l'arrivée: 5km de terrain compact et plat où je maintiens un bon rythme sans marcher. Je prends même le temps de ramasser un peu de bois pour le feu du soir au bivouac. Satisfait de mon étape.

Nous terminons la traversée de l'Erg Chebbi

Nous terminons la traversée de l'Erg Chebbi, une longue section de 13km dans les dunes où il faut gérer l'eau et la chaleur.

 

Étape 3 - 37.1 Km

Étape 3 MDS

Voir la vidéo de la troisième étape

Hier j'étais bien, alors je me suis dit qu'aujourd'hui je pouvais pousser un peu plus :)
Au programme 37km de terrain varié, des plateaux très roulants, les dunes de l'Erg "je ne sais plus", le passage de quelques oueds et un fond de lac asséché qui m'ont fait penser au Chott el Djerid de l' Ultra Mirage.
Je pars quand même relativement doucement jusqu'au premier ravito puis je décide d'accélérer sur les parties roulantes qui suivent. Ça passe mais ça commence à tirer.
Entre le deuxième (km22) et le troisième ravito (km31) nous longeons le Djebel El Mraïer qui coupe le vent, il y fait très chaud et ça devient difficile. J'ai du mal à courir mais j'insiste et le fait de remonter quelques coureurs me motive.
Au dernier ravito il reste 6km de plateaux et petites dunettes où je maintiens l'allure même si c'est dur. C'est une course à étapes, j'ai géré hier, je me suis testé aujourd'hui :)
La bonne nouvelle: les pieds sont toujours en bon état et ce n'est pas rien après déjà plus de 100km en trois jours.

Lesq longues sections de reg ou de lacs assechés

Sur le Marathon des Sables il n'y a pas que du sables. Ce sont autant les longues sections de regs ou de lacs asséchés que les dunes qui minent les coureurs.

Demain la longue étape du MDS : 76km, terrain technique!

Étape 4 - 76.3 Km

Étape 4 du MDS

Voir la vidéo de la quatrième étape

Aujourd'hui c'est l'étape longue, 76km. Sur le MDS l'étape longue dépasse souvent 80km ce qui n'augure rien de bon quant à ce qui nous attend. Plus technique, plus de sable et 3 djebels à passer, l'organisateur en a réduit la distance au regard de la difficulté cette année.
Je pars doucement, l'objectif est d'être en sous-régime sur les 2 premières sections jusqu'au 24ème km. Le paysage est superbe, petites dunes agrémentées de touches vertes suite aux dernières pluies, lac salé blanc contrastant avec la pierre noire du djebel attenant. Je fais des pauses, je fais des photos.

Traversée d'un lac salé

Traversée d'un lac salé

Vers le 48ème kilomètre je me fais rattraper par les leaders partis 3h après nous (pour le spectacle les 50 premiers coureurs au classement général partent en décalé sur l'étape longue). Les frères El Morabity, Julien Chorier et Mérile Robert en tête. Ils auront bouclé les 50 premiers kms en 3h30 contre 6h30 pour moi: un autre monde.
La nuit tombe lorsque j'arrive au CP5 (60ème km), le vent et la fraicheur me dynamisent. Je termine les 16 derniers kilomètres en excellente forme doublant beaucoup de coureurs, volant sur toutes les sections plates tel le chasseur Orion qui dominait ce superbe ciel étoilé :). Une de mes meilleures sensations en course depuis que je cours. La preuve en est, je termine à la 200ème position alors que sur les étapes précédentes je gravitais vers la 260ème. Très content de ma journée.

Orion se plut avec nous et resta

Vers le 40ème km de l'étape longue

Vers le 40ème km de l'étape longue

Demain: la dernière étape du MdS, la traditionnelle étape marathon de 42km et le passage du Djebel El Oftal.
PS: vous avez vu qu'on a fait la photo d'un trou noir? C'est complètement dingue :)

La journée de repos

Je termine l'étape longue vers 21h30. Il y a deux façon de gérer l'étape longue:

  1. Aller le plus vite possible pour finir assez tôt et profiter d'une vraie nuit de sommeil...
  2. Prendre son temps, s'arrêter et bivouaquer quelque part sur une dune et terminer la course à l'aube le lendemain.

Sans doute que tous les coureurs aimeraient profiter d'une bonne nuit mais l'idée de prendre son temps et de bivouaquer quelque part seul sous les étoiles ne m'aurait pas déçu.

L'étape de repos est l'occasion de se poser et de profiter du bivouac, ce camp monté puis démonté chaque jour vers 7h du matin. Ce jour là, nous n'avons pas à nous lever pour prendre le départ. Nous prenons notre temps chacun, nous discutons de l'étape longue que nous avons tous assez bien gérée. Patrick n'est pas encore arrivé et nous pensons qu'il a pris son temps et choisi l'option de dormir sur le chemin, puis nous apprenons d'un bénévole qu'il a abandonné. Pas d'autre information. C'est la règle, les coureurs qui abandonnent sont directement rapatriés à Ouarzazate, il ne peuvent pas dire au revoir à leurs camarades de tente. C'est assez "dur" je pense pour la personne qui doit abandonner comme pour les coureurs amis qui restent, et pas sans intérêts en réalité. Comme s'il fallait renforcer le caractère difficile de la course par un règlement arbitraire.

Le Bivouac du Marathon des Sables au coucher du soleil

Dans tous les cas, une journée de repos attend tous les coureurs après l'étape longue. Elle est bienvenue. Ici avant le coucher de soleil les habitants du bivouac déambulent, rendent visite aux amis d'autres tentes, discutent à l'écart du bivouac.

 

Étape 5- 42.2 Km

Étape 5 MDS

Voir la vidéo de la cinquième et dernière étape

Celle qu'on appelle la Marathon clôture les 5 étapes du Marathon des Sables. Je n'avais pas de stratégie particulière aujourd'hui, Sylvain Kinnen notre 10 fois finisher du MDS nous avait suggéré de partir vite car dans la montée d'Otfal un bouchon se créé toujours. Je pars donc comme tout le monde, un peu rapidement.
La vue d'en haut est superbe, et la descente qui s'ensuit est un régal (c'est d'ailleurs la seule vrai descente de tout le MdS qui est globalement une course à faible dénivelé).
La section entre le 1er et le 2ème Check Point est très plate, un long plateau rocailleux interminable, une ligne quasi droite de 10km. Pas pénible mais presque un peu. Fort heureusement quelques gouttes de pluie tempèrent l'atmosphère.

Lac asséché
La fin du parcours offre les plus beaux paysages de tout le MdS de cette année, nous franchissons quelques petits cols sablonneux, longeons des crêtes en balcon dominant la plaine alentour, le lac asséché que nous venons de traverser après le CP2.
Je décide ainsi de temporiser, profiter du paysage et de laisser la course de coté... C'était superbe et une vraie récompense après ces 5 jours de course.
Nous voyons du sommet du dernier Djebel en plateau l'arrivée au loin, il reste 4km et c'est la fin du Marathon des Sables.
Sur les derniers 500m je me fais doubler par
 Rachid Elmorabity le grand vainqueur une nouvelle fois, parti avec les 150 premiers coureurs 3h après nous. Je termine l'étape Marathon en 6h05, Rachid en 3h00... pour 42km de terrain sablonneux et vallonné. Je passe l'arrivée plus ému que je ne l'aurais pensé. C'est le mythique Marathon des Sables que je viens de terminer.

Le dernier ravito de la dernière étape du MDS!

Le dernier ravito de la dernière étape du MDS!

Debrief s'il en est!

Je suis venu à la course à pied un peu tardivement et cela ne fait que 7 ou 8 ans que je participer à des courses de trail. Avant cela je faisais beaucoup de treks, partant parfois seul pendant une semaine en autonomie complète. Le Marathon des Sables est connu du grand public par sa dimension extraordinaire où il s'agirait de courir un marathon dans les désert. Ce n'est en réalité pas tout à fait ça. Pas tant qu'il faille en couvrir la distance chaque jour, mais pour l'aventure, l'isolement , l'ambiance du bivouac et la simplicité de cette vie dans le désert pendant une semaine le Marathon des Sables est à part. J'y suis venu par curiosité, et l'envie d'une nouvelle expérience. J'en suis reparti séduit en me disant que si j'en ai à nouveau la possibilité je reviendrai.

 

Voir aussi

Matériel pour le Marathon des Sables

Voici la liste de mon matériel pendant le Marathon des Sables. Vous le savez sans doute si vous lisez cette page, le Marathon des Sables est une course en autonomie totale sur 6j. Sept jours même si on compte celui de l'étape de charité.... plus

Nourriture et Vivres pour le Marathon des Sables

Quelle nourriture pour le Marathon des Sables, comment préparer 7j d'autonomie dans le désert? Quelle nourriture pour le Marathon des Sables, comment préparer 7j d'autonomie dans le désert? La problématique n'est pas véritablement de faire une liste de course mais de... plus

Je participe au Marathon des Sables

Le Marathon des Sables est une légende. 7 jours de course dans le désert, et j'y vais. Je l'avais à moitié annoncé dans les réseaux sociaux, à demi mot comme si j'hésitais encore. Je vais participer au Marathon des Sables. Bien avant l'UTMB, jamais je pensais un... plus