Le test complet des Brooks Caldera 6, l'amorti absolu !

Et l'ultra confort !

Voici les Brooks Caldera 6, des chaussures (les Caldera) qu'on voit assez peu sur les sentiers. Chez Brooks, ce sont les Cascadia qui dominent. La Caldera est présentée comme une chaussure d'Ultra Trail, et qui s'affiche sans complexe avec son énorme semelle. Sans complexe, comme en témoigne aussi ce jaune pétant qui en rajoute une couche dans l'exhibition. Merci le styliste. J'ai eu la possibilité les tester sur 50km de sentiers de montagne, voici mon test des Brooks Caldera 6 !

📷 Le test complet des Brooks Caldera 6, l'amorti absolu ! | Et l'ultra confort !

Caractéristiques Brooks Caldera

  • Poids 300g
  • Drop 4mm
  • Prix catalogue 140€
  • Talon 33mm
  • Méta 29mm

Usage: Pour les longues distances, et ceux qui aiment le drop faible.
Points forts: Confort, accroche sur le sec, amorti
Points faibles: Un peu juste sur les terrains techniques et le gras
Note: 4.25/5

J'avais pas mal aimé la version précédente, la Caldera 5. Pas encore très connue, du fait peut-être de l'ombre générée dans la gamme par les Brooks Cascadia 16 que j'ai aussi testées, cette Caldera 6 mérite qu'on en parle.

Présentation de la Caldera 6

Les Brooks Caldera 6 à tester

La première chose qu'on remarque sur cette Brooks Caldera 6, c'est l'épaisseur de la semelle évidemment. Je n'ai pas le souvenir d'une chaussure aussi marquée, sauf peut-être lorsque Hoka sortait ses premières Mafate. La chose est désormais largement démocratisée, les grosses ne choquent plus tant, et une part notable de la communauté en est même fan.

Avant d'aller plus loin, parlons d'abord de la fiche technique. Posée sur ma balance de cuisine, la chaussure pèse 320g. On pourrait considérer que c'est un peu élevé, mais avec une telle semelle le résultat reste contenu. Je n'ai pas les valeurs de stack (épaisseur de la semelle sous le pied) j'estime qu'on doit bien tabler sur 35mm. Le drop est de 6mm, un bon compromis je trouve.

La Brooks Caldera 6 de côté

La semelle donc, qui évolue fortement au delà de son épaisseur conséquente. C'est désormais une mousse en DNA Loft. Je n'ai pas d'information sur la composition, ni d'ailleurs du type de mousse. Lorsqu'une marque parle d'une technologie (DNA Loft ici) c'est avant tout une dénomination marketing qui ne dit rien sur sa typologie technique. Ici, la semelle est composée d'une mousse EVA expansée à l'azote, pour faire simple.

J'en profite aussi pour mentionner La Cave à Jaife qui travaille un article sur ces questions.

La Brooks Caldera 6, vue avant

La Brooks Caldera 6 est évidemment une chaussure de trail, le pare-pierre peut en témoigner. Il contourne tout l'avant du pied et garanti la protection des orteils si par malheur vous tapiez dans la montagne. C'est sa fonction première, en plus, évidemment, de réduire l'usure. Le tissu de la tige est assez épais, à priori assez pour tenir la distance. J'ai trouvé que la chaussure tient un peu chaud, mais peut-être n'était-ce que du fait des températures caniculaires de cet été.

La tige et le dessus des Brooks Caldera 6

Du coté de la languette, on est sur du classique. Suffisamment rembourrée, elle se positionne juste ce qu'il faut contre le haut de la tige. On peut éventuellement ajuster le serrage en utilisant les seconds oeillets tout en haut. En ce qui me concerne ça fonctionne bien. Le pied est bien tenu, et on peut aussi serrer à volonté grâce au rembourrage assez important.

Le test terrain

J'ai eu le loisir de les tester sur 3-4 sorties en montagne cet été. Voici mon avis sur les Brooks Caldera 6.

Le test de la Brooks Caldera 6

Le fit est un kopeck étroit pour une chaussure destinée aux longues distances. Il faudra peut-être faire attention, les essayer avant de craquer pour le confort général, car c'est vraiment sa première qualité. Le pied est bien posé, on a quand même de la place pour les orteils, et évidemment puisqu'elle a été pensée pour ça : la chaussure offre un amorti hors norme. La semelle est épaisse certes, mais aussi très moelleuse.

Le test de la Brooks Caldera 6

Monstramorti !

Au niveau dynamique : je trouve de plus en plus que les chaussures "modernes" sont efficaces. J'ai bien le souvenir de quelques "tanks" il y a quelques années, mais les chaussures pataudes sont de plus en plus rares. Cette Caldera 6, malgré sa semelle monstrueuse, est quand même capable d'envoyer sur de plus petites distances. Attention quand même, vous choisirez un terrain peu technique au risque de "ça le fait pas" !

Le test de la Brooks Caldera 6

La Caldera 6, faite pour les longues distances pas trop technique, ou pour les sorties longues en entrainement (pour préserver).

En effet, son principal point faible, évidemment du fait de l'épaisseur de la semelle, reste la stabilité. Les lois physiques sont intraitables, dans les dévers ou lorsque le sol est chaotique, la chaussure peut vite basculer sur le côté. Je ne la conseillerais par exemple pas sur une Echappée Belle, une Diagonale de Fous, ou tout Ultra Trail technique. Son terrain de prédilection : les courses longues distances non-techniques. Dernier mot sur l'accroche, dans la moyenne, avec des crampons peu travaillés. On sent que c'est une chaussure américaine qui s'exprimera sur des pistes en terre comme celles de la Western States.