Echappée Belle 57km

Le Parcours des Crêtes

Entre le moment où on s'inscrit à une course et la date de la course, il peut s'écouler plusieurs mois. On peut décider de caler un objectif fin août, puis le ré-évaluer ou en changer. C'est ce qui s'est passé pour moi avec l'Echappée Belle.

📷 Echappée Belle 57km | Le Parcours des Crêtes

Cela fait un moment que j'ai envie de courir l'Echappée Belle. Il y a 3 ans je découvrais le refuge des 7 laux et les environs du Pleynet lors d'une sortie/reco avec le directeur de la course Florent Hubert. L'année dernière je participais à une vidéo promotionnelle de Destination Belledonne du coté du Col de la Vache, quelques superbes images avec les couleurs de l'automne.

Je décidais donc en janvier de m'inscrire à cette course, majeure pour sa technicité. J'en faisais aussi mon objectif de l'année comme souvent les épreuves que je cours à la fin du mois d'août (OCC, CCC, TDS, UTMB), et la préparation allait s'étager tranquillement sur tout l'été... Je décide pourtant de changer de programme au dernier moment après un mois de juillet un peu chargé après avoir couru le Xreid en Norvège et le 57km du Nuts Yllas Pallas en Finlande. Ainsi, je participe au Parcours des Crêtes, la petite distance de l'Echappée Belle qui avec 57km et 4000m de dénivelé positif reste quand même un beau morceau.

Passage des coureurs de l'Intégrale

Passage des coureurs de l'Intégrale au Pleynet. Ici Rémy Berchet qui terminera 2ème

Cette année François d'Haene participait à l'intégrale de Belledonne, la course phare du weekend et ses 144km. Le champion n'a pas déçu par sa présence, éblouissant de toute sa classe l'événement il gagne - évidemment - la course en battant le précédent record de la course de 3h30 avec un chrono impressionnant de 23h55. Pour donner une idée de la performance, ses dauphins terminent en 29h04  et 29h39. J'ai eu le plaisir de l'accompagner sur quelques mètres avant son arrivée au ravitaillement du Pleynet, tout en décontraction. Voir l'intro de ma vidéo de l'Echappée Belle.

Montée Col d'Arpingon

Dans la montée en direction du Col d'Arpingon

L'Echappée Belle est un événement d'Ultra Trail. L'Intégrale et ses 144km a fait sa place comme une des courses les plus exigeantes dans le genre. François d'Haene y a ainsi mis 4h de plus que les meilleurs chronos sur l'UTMB qui est pourtant presque 30km plus long. C'est à mettre au crédit de la technicité du terrain et au dénivelé conséquent (11100d+) du parcours. Soyez prévenu, l'Echappée Belle est une course difficile. Le Parcours de Crêtes de 57km n'est pas en reste. 4050m de d+, à comparer à l'OCC et ses 3700d+.

Sur les crêtes

Sur les crêtes, pendant le 57km

Le départ a lieu dans la petite ville d'Allevard, à l'ouest du massif. Il est 10h du matin lorsque nous nous lançons dans la longue montée qui mène au Collet d'Allevard, puis à travers la station de Super Collet jusqu'au Sommet des Plagnes qui culmine à 2040m d'altitude. Une mise en jambe plutôt rude puisque c'est plus de 1500m de dénivelé positif que nous devons franchir sur les 11 premiers kilomètres. C'est ensuite le parcours des crêtes proprement dit que nous empruntons sur les 30km qui suivent entre le Col de Claran, le Col d'Arpingon, Val Pelouse et le Sommet du Grand Chat. Le parcours est très agréable, entre balcons, cols et crêtes, et je le trouve étonnamment peu technique. J'avais le souvenir de mes précédentes balades dans Belledonne, en particulier du coté du refuge des 7 Laux et du col de la Vache où il était difficile de courir; la succession de pierriers excessivement exigeante.

Ombres chinoises de coureurs

Ombres chinoises de coureurs en fin de journée

La fin de course après le 3ème ravito (Le Pontet) nous amène en douceur jusqu'à l'arrivée à Aiguebelle. En redescendant dans la vallée nous retrouvons les forêts. Avec un départ à 10h du matin, la majorité des coureurs terminent la course de nuit. C'est à mon sens une très bonne idée: Finir de nuit permet aux coureurs qui n'ont pas l'expérience de l'Ultra Trail de goûter aux sensations qu'on rencontre sur les longues distances. En fin de course les écarts se font plus grands, et l'impression d'isolement est accentuée par la nuit. J'aime cette sensation, d'autant qu'ici l'engagement reste limité et qu'il ne faudra que  2 ou 3h pour rejoindre l'arrivée depuis le dernier ravito. Toucher à l'Ultra sans trop de contraintes.

La fin de course

La fin de course, on retrouve la forêt avant la nuit et l'arrivée à Aiguebelle.

J'ai pris beaucoup de plaisir à courir cette "petite" Echappée Belle. Déjà bien connue des coureurs qui aiment le "technique", la course va certainement prendre encore plus d'importance. La victoire de François d'Haene et le projecteur apporté par sa venue lui aura certainement profité, mais c'est surtout pour sa qualité que la course se développe. Il s'agit d'une traversée, j'aime beaucoup ces parcours "cohérents". La région a d'ailleurs un nouveau sentier de Grande Randonnée qui reprend la grande partie des 144km de la Traversée, le GR738. La chaîne de Belledonne est superbe, technique et ces crêtes sont relativement difficiles d'accès autrement qu'à pied. Il faut la méritée. L'organisateur de la course a aussi su garder une certaine authenticité sur son événement malgré les sirènes du profit comme on l'entend parfois des critiques de quelques autres grandes courses. C'est un gage de qualité et d'un certain état d'esprit qui me plait assez. Je recommande la course, et j'espère bien un jour revenir pour faire la 'Grande".

 

 

Voir aussi

François D’Haene sur l'Echappée Belle

Interview - Triple vainqueur de l’Ultra-trail du Mont-Blanc (UTMB) François D’Haene va participer à l'Echappée Belle cette année Triple vainqueur de l’Ultra-trail du Mont-Blanc (UTMB) et quadruple vainqueur du Grand Raid de la Réunion, François D’Haene est un géant du trail. Après la Hardrock 100 aux... plus