Test de la Garmin Fenix 5

N'achetez pas cette montre pour un Ultra

Je ne suis pas un grand adepte de la prise de mesure et de l'optimisation de mes performances, en course à pied pour le moins. Un GPS n'est pas nécessaire à la pratique du Trail. Pourtant, il y a plusieurs années j'achetais la première version de la Garmin Fenix (en tant que blogueur je n'achète pas souvent les produits que j'utilise, c'est dire). A l'époque, j'avais décidé de ne pas dire ce que je pensais de la Fenix1. Je vais en parler maintenant en introduction de cet article sur la Fenix5, pour étayer mon propos qui ne va pas être conciliant.

📷 Test de la Garmin Fenix 5 | N'achetez pas cette montre pour un Ultra

La Fenix1 n'était pas une montre finalisée. De nombreux bugs existaient à tel point que même les mises à jours logiciels téléchargeables ne permettaient pas de les corriger. C'était je pense totalement intrinsèque au produit. Voici les notes que j'avais prises à l'époque en pensant m'en servir pour un article, puis dépité par le produit j'avais abandonné.

  • Grand Trail des Templiers 2013: Distance de 94,70km surla trace gps alors que la distance est de l'ordre de 73km. Enormes sauts de localisation sur la fin du parcours par exemple, vitesse délirante par endroit.
  • Exemple de footing : Départ avec batterie à 25%; Fix "relativement" rapide en 30s - 1min; Message "perte du signal gps" au bout de 3 minutes (je cours sur les quais de Seine à Paris, donc à priori ciel dégagé); Premier lap au bout de 18 minutes (alors que je suis en lap auto 1km et que je cours 1 km en ~5 minutes); Arrêt brusque de la montre 20 minutes après le départ du footing (alors que la batterie était à 25%); Impossible de redémarrer la montre;
  • Marathon du MontBlanc 2014: Une fois la trace enregistrée, la montre indique 13km. J'hallucine, j'avais pourtant bien souvenir qu'elle affichait 30km lors de mon coup de barre, où encore que le chrono en était à ~5h un moment dans la descente sur Chamonix... Incompréhensible. Puis le soir même en chargeant dans Garmin Connect, j'ai bien 43 laps d'1 km, mais la trace ne semble avoir été enregistrée que sur les derniers 13km.
Il n'y a avait presque jamais aucune sortie où la Garmin Fenix 1 ne posait pas problème.

Je ne parle de tous les autres problèmes que j'ai pu avoir, en particulier son inefficacité à se synchroniser avec Garmin Connect, ou le fait que l'application demande systématiquement un accès aux notifications android alors que je refuse à chaque fois. J'en étais arrivé à un point où je préférerais ne pas l'utiliser plutôt que de pester contre elle, la montre passant son temps dans un tiroir depuis lors... jusqu'à ce qu'on me propose de tester la Garmin Fenix 5 en début d'année.

Comparatif de la Fenix1 et de la Fenix5.

La Fenix 5

OK. Je partais évidemment avec un à priori, mais je me disais que les premières versions de la Fenix avaient essuyé les plâtres et que la 5 était aboutie. Je ne vais pas reprendre la liste des fonctionnalités proposées, vous les trouverez clairement exposées sur le site officiel de la marque. Notez qu'il existe 3 variantes de la Fénix 5, à savoir la 5, la 5s, et la 5x. En tant qu'Ultra Traileur assez peu focalisé sur l'entrainement millimétré, mais adepte de la randonnée et des escapades en montagne, j'étais surtout intéressé par les capacités d'endurance de la nouvelle Fenix5 à savoir le mode Ultra Trac. Et le baromètre qui reste le meilleur outil pour mesurer les variations d'altitude. Je n'utilise pas de cardio, principalement parce que je n'aime pas la ceinture qui me gène voire me coupe si je m'en sers en course. Le cardio optique de la Fenix5 est aussi une autre occasion de se laisse tenter.

La voilà, elle est belle!

OK, c'est bien tout ça, mais et alors la Fenix 5 ça donne quoi!?

La montre est évidemment bourrée de fonctionalités qui exploitent les différents capteurs embarqués. Le GPS bien sûr, mais aussi le baromètre, le thermomètre et l'accéléromètre qui tranforment la montre en véritable petit laboratoire de physique physiologique. Oui, mais encore faut-il disposer de données fiables et être capable d'analyser les résultats. Cela me fait un peu penser au cas de la dent d'or de Fontenelle. Avant de s'intéresser aux causes, il faut s'assurer des faits. Ici, difficile d'analyser des données qui sont peu précises surtout lorsque le mode Ultra est activé. Il y a évidemment de bonnes choses, en particulier les écrans divers, des choses comme le temps d'impact au sol... mais le vide du mode Ultra Track efface toutes les bonnes impressions qu'on pourrait quand même avoir de la montre

Le cardio intégré. Je ne m'en sers pas vraiment.

Avant de passer au vrai coeur de ce coup de gueule voici quelques élements qui ne me semblent pas satisfaisants (je suis gentil):
Le cardio intégré n'est pas très précis. J'ai l'exemple d'un comparatif sur moi même avec la TomTolm Adventurer où pendant au moins 1 km j'avais un écart de 10-15 pulsations/min, globalement au désavantage de la Fenix 5. Quelque-chose comme 145 pour la TomTom et 160 pour la Garmin alors que j'étais plutôt en endurance qu'au seuil. Une autre fois pour tester ma FC max je décidais de monter une longue côte dans la forêt de Meudon. Arrivé en haut, mon cardio n'avait pas bougé et indiquait toujours ~115 pulsations comme au bas de la côte.

Un autre point qui a vraiment tendance à m'énerver: le temps d'attente pour capter le signal gps qui est souvent trop long. Je m'appuie simplement sur le fait que je suis souvent le dernier à "être prêt" lors de sorties en groupe. J'ai aussi quelques exemples de traces où je constate une dérive par tranlation de la prise de mesure, comme si la trace avait lentement glissé avec le temps (tu fais une boucle de 20km et lorsque tu reviens au point de départ la trace a translaté).

Une autre fois en suivant une trace pour faire une reco du parcours du MaxiCross de Bouffémont, en dehors du fait que le zoom par défaut de suivi sur l'écran est trop large et qu'il faut sans cesse zoomer/dézoomer pour bien identifier sa position, la montre a fini par planter au point que je ne pouvais plus ni la redémarrer, ni la soft-resetter. J'ai du faire une ré-initialisation complète (avec perte de tous les réglages évidemment).

La Garmin Fenix 5 est simplement instable. Imprécisions diverses, plantages, mode UltraTrac inutilisable...

Coup de gueule sur l'Ultra Pirineu

Je vous laisse regarder ce petit témoignage de mon ressenti vraiment à chaud lors de l'Ultra Pirineu où, alors que j'avais configuré la montre en mode ultra pour qu'elle puisse tenir toute la course (>20h), je constatais qu'elle m'affichait déjà 30km alors que j'en étais qu'au 20ème. Rédhibitoire. Vous pouvez évidemment considérer que "C'est normal", mais en fait non ce n'est pas normal. Je pourrai utiliser une analogie parmi d'autres, c'est comme si pour augmenter l'autonomie d'un smartphone on ne lui permettait plus d'entendre correctement son interlocuteur...

Sur l'Ultra Pirineu, ma Garmin 5 en mode Ultra aura enregistré une trace de 150km pour une course de 110km. Je ne suis pas d'ailleurs le seul lorsqu'on regarde sur Strava... voir l'activité sur Garmin Connect

Je ne sais pas expliquer pourquoi la Fenix5 est aussi mauvaise en mode Ultra, mais ce zoom sur la trace indique un comportement pour le moins imprécis, voire un bug manifeste si l'on suit le sentier en gris clair sur la carte.

Le mode Ultra fonctionne en réduisant les prises de données GPS, donc moins de précision, et je pourrais comprendre une moins bonne précision. Mais là...! Le logiciel devrait qd mm se douter qu'il n'est pas normal d'avoir des successions de points aussi espacées "comme si le trailer se déplaçait à 50km/h", cela n'a pas de sens. On peut aussi travailler sur l'écart type d'une distribution de point sur une trace de trail de référence, puis faire ensuite de la correction d'erreur. C'est vrai quoi, c'est eux les ingénieurs!

Voici donc ce que je pense de la Garmin Fenix 5. Le produit n'est fonctionnellement pas prêt. On ne peut pas vanter les mérites d'une autonomie permettant de terminer un Ultra si la trace résultante est de 148km au lieu de 110. On ne peut pas communiquer sur un cardio optique alors que la fréquence cardiaque ne change pas du bas au sommet d'une côte montée à bloc. On ne peut pas vendre un produit aussi cher et peiner presque à chaque fois pour synchroniser les données avec l'appli de la marque. Les réponses du style "ah ba c'est normal, la techno gps n'est pas toujours précise" résume tout le sujet, et cela concerne potentiellement aussi les produits des autres marques: si vous achetez ce genre de produit, n'attendez pas à avoir quelque chose de fiable. La seule bonne raison finalement est notre attrait général pour la technologie, le plaisir de disposer de "ce qui se fait de mieux", la frime, l'effet communautaire ou simplement l'ignorance.

En résumé, je ne conseille à personne d'acheter cette montre s'il voulait s'en servir en UltraTrail avec le mode UltraTrac. Cela dit, le mode normal reste pour autant satisfaisant pour des durées inférieures à 18-19h, je n'ai rien trop à dire la dessus, mais le mode UltraTrac est simplement non fonctionnel. C'est dommage, je n'avais pas d'animosité à l'écart de la marque il y a quelques années mais depuis la Fenix1 et désormais la Fenix5 j'ai du mal à vanter les qualités de la marque Garmin. Pourtant j'avais plutôt tendance à la défendre (on défend toujours un produit qu'on acheté plusieurs centaines d'euro en disant qu'il est top)...

Partager