Tahoe 200 Endurance Run

Une course américaine de 205 miles!

En septembre 2016 je passais 2 semaines à visiter une partie de la Californie. Le Parc National du Yosemite et le Sequoia National Park en particulier. Balade et découverte quelques jours seulement après avoir bouclé l'UTMB, l'objectif était surtout de prendre quelques vacances et de découvrir ces paysages mythiques. Photographie, et immersion au coeur des grands espaces américains qui fascinent tant. J'allais aussi profiter de ce voyage pour passer quelques jours au bord du Lac Tahoe.

📷 Tahoe 200 Endurance Run | Une course américaine de 205 miles!

Le Lac Tahoe c'est le plus grand lac Alpin d'Amérique du Nord, posé sur la Sierra Nevada entre la Californie et l'Océan Pacifique à l'ouest, et le Nevada et les Montagnes Rocheuses à l'est. A l'origine de ce projet de voyage en Californie, je devais venir accompagner un camarade coureur de fond sur cette Tahoe 200 Endurance Run. Sur les courses américaines de plus de cent miles les coureurs peuvent être accompagnés de “pacers”, des personnes autorisées à courir avec eux. Sa participation ayant été annulée je me retrouvais libre d'y venir en tant que simple spectateur. J'avais évidemment apporté mon appareil photo.

Le tour du Lac Tahoe, le Tahoe Rim Trail fait en réalité 165 miles (265km, 8600mD+, Kilian détient le record en en 38h32'). L'organisateur de la course Candice Burt à sensiblement étendu le parcours pour atteindre la marque de 200 miles et ainsi en faire une course calibrée pour les coureurs à la recherche de la marque ultramythique. 100 miles c'est le gabarit de l'UTMB, de la Western States ou de la Diagonale des Fous. Avec 200 on entre dans une autre dimension.

Lever de soleil sur le lac du coté de Sand Harbor.
Voir plus de photos de la région du Lac Tahoe, Tahoe Lake Riviera et le coin de Desolation Wilderness.

On m'avait déjà dit que l'ambiance sur les courses américaines est fort différent de ce que l'on connait en France. Le sport y est moins développé et plus confidentiel, même si c'est ici que le Trail a grandi - il s'agit d'une petite communauté de fort passionnés autant que de pionniers. Les courses comptent rarement plus de 200 coureurs, en partie parce que les parcs naturels où elles ont lieu réduisent le nombre de personnes autorisés à traverser ces espaces. Ainsi la Westers States, la HardRock, la Leadville et tous les autres Ultras plafonnent le nombre de coureurs et un tirage au sort nomme chaque année les heureux élus. Pour la Tahoe 200 ou les autres courses moins médiatisées il n'y a pas de problèmes.

J'ai beaucoup aimé l'événement, la beauté des lieux avant tout et l'idée d'une boucle complète autour du lac, l'organisation très professionnelle, l'attention des bénévoles et le plaisir général qui se dégage de chacun. Je ne pouvais pas participer car je terminais l'UTMB une dizaine de jours plus tôt mais j'ai réellement envie de participer à un Ultra Trail aux Etats-Unis. Je vous laisse découvrir une sélection des photos que j'ai pu prendre sur la course alors que je visitais la région. Je vous suggère aussi d'aller voir le petit récit de voyage publié sur journaldutrek.com à la suite de mon roadtrip en Californie.

Sur la ligne de départ de la Tahoe 200.

Les coureurs sont partis

Comme dans toutes les courses, on part vite. Il faudra pourtant 59h au premier homme pour terminer la course, 69h pour la première femme. La barrière est fixée à 100h.

Un coureur "en retard" au départ de la course dans la première montée.

Premier ravitaillement de Barker Pass et déjà un coureur qui la joue relax en s'allongeant. On ne voit pas bien mais il court en kilt!

Casquette de camionneur à l'américaine!

Crusing in California!

Catra Corbett, une des icones féminines de l'Ultra Trail américain. Elle apparait dans le livre Born to Run, et son look ne l'aide pas à passer inaperçue. Il semble qu'elle maitrise le sujet des longues distances puisqu'elle aurait déjà couru plus de 100 courses de plus de 100 miles.

Le Ravito de Heavenly Aid, c'est la mi-course

Les sentiers autour du Lac Tahoe sont plutôt secs et poussiereux, certains coureurs étaient même équipés de guêtres à la façon du Marathon des Sables pour se protéger du sable (ou de la poussière en l'occurence).

La mi-course. C'est la distance d'un UTMB, 100 miles. On comprend aisément la fatigue. Le pacer derrière qui joue aussi le rôle de soutien psychologique.

C'est aussi parfois une équipe complète qui suit les coureurs. Lui a l'air en forme, son pacer prend soin de ses pieds.

Spooner Summit Aid Station, 123.7 miles into the race.

Je tiens à remercier l'office de tourisme qui m'a permis de réaliser cette collection d'image lors de ce roadtrip en Californie qui m'a amené de Sequoia National Park au Lac Tahoe en passant par l'incroyable Yosemite et l'étrange ville fantôme de Bodie. Merci aussi à la compagnie aérienne Wow Air pour le billet d'avion entre Paris et San Francisco.

Partager