Les Saucony Endorphin Shift, la même sans carbone

Variante grand public sans carbone

La Saucony Endorphin Shift ressemble beaucoup aux deux autres modèles de la gamme, on le constate aussi dans le choix des coloris lors de leur lancement. Saucony semble avoir fait le choix de livrer les 3 modèles dans le même blanc posé sur une semelle bleue. La comparaison s'arrête cependant là, la Endorphin Shift ne vise pas le même public que la Speed et la Pro. Encore moins la Pro avec sa plaque carbone.

📷 Test des Saucony Endorphin Shift

Test des Saucony Endorphin Shift

Caractéristiques Saucony Endorphin Shift

  • Prix catalogue 150€
  • Poids 221g
  • Talon 38mm
  • Méta 34mm
  • Drop 4mm

Usage: Comme la Speed, mais peut-être meilleure. Chaussure d'entrainement et toutes courses.
Points forts: Excellent compromis légèreté, armorti. Support talon, polyvalence générale.
Points faibles: RAS (pris un peu élevé)

La Saucony Endorphin Shift est donc le premier modèle de la gamme, l'entrée de gamme dira t-on. On s'y intéresse car avec un écart de prix de 70€ avec la Endorphin Pro qui permettrait d'acheter 2 paires de chaussures pour le prix d'une, on peut vraiment se poser la question.

Les Saucony Endorphin Shift

Les Saucony Endorphin Shift

Avec une épaisseur de semelle de près de 4cm au talon (38mm) à la limite de l'homologation en compétition la chaussure est dans la mouvance des modèles qu'on voit fleurir chez toutes les marques, en particulier sur les modèles à plaque carbone.

Le poids est très mesuré. La chaussure n'est pas aussi légère que les modèles proprement "compétition", mais quand même, avec 220g annoncés sur la balance c'est assez bluffant compte tenu du profil très "épais" de la semelle. Le drop de 4mm plaira aux coureurs qui ont une foulée plutôt médio pied, même si les coureurs qui talonnent un peu n'auront pas de problème à se saisir de cette Endorphin Shift. Attention quand même à ne pas partir tout de suite sur un marathon avec. Sur ces différents points je trouve qu'elle ressemble à une autre chaussure assez intéressante, la Asics Glide Ride qu'on a testé ici.

Saucony Endorphin Shift - profil de la chaussure

Sur cette photo de profil, on distingue un renfort conséquent autour du talon

Les 3 modèles ont ainsi plusieurs points communs, en plus de l'aspect visuel très proche qui les rend difficile à distinguer sans être expert. La tige, le tissu utilisé est aussi très proche et mis à part quelques éléments de design on est sur la même chose. Autre point, la semelle intermédiaire: la mousse la même. La techno s'appelle PWRRUN et vise à fournir une excellent amorti (il suffit de voir l'épaisseur) sans impacter le rebond et la dynamique générale. Enfin, c'est à nuancer car ce n'est pas un hasard si la marque équipe le haut de gamme d'une plaque carbone dont la fonction est justement de propulser... le rebond "par défaut" n'est pas si prononcer que cela.

Saucony Endorphin Shift - Vue 3/4 avant et toebox

Comme je le dis aussi plus haut, la chaussure est équipée d'un renfort important autour du talon qui n'est pas présent sur les deux autres modèles. On est donc finalement assez loin d'une chaussure de compétition. Le renfort apportera un peu de support sur le long, et c'est finalement l'usage auquel est destiné cette Endorphin Shift.

Conclusion

La Saucony Endorphin Shift joue sur sa ressemblance visuelle avec la dernière chaussure haut de gamme de la marque la Endorphin Pro à plaque carbone, ainsi que la variante Endorphin Speed. Semelle épaisse, techno dernier cris, mesh hyper stylé. Pourtant, elle ne se destine pas complètement à la performance, mais plutôt au coureur médio-pied ou à la foulée légère qui recherche une chaussure pour de longues sorties. Elle conviendra aussi bien sur un marathon. Son poids très contenu et le tissu assez fin pourrait poser soucis en terme de longévité du produit. A voir.