MaxiRace 2015

Deux courses en une

Après une jolie déconvenue lors du Madeira Island Ultra Trail où j'avais du m'arrêter au 15ème km pour éviter de contredire ma cheville qui en avait décidé autrement, me voici en cette fin de mai sur les bords du Lac d'Annecy. Le lieu est surtout cette année le cadre des Championnats du Monde de Trail. Cette année, carton plein pour la France avec les victoires en individuel et par équipe. Champions du Monde de Trail :Sylvain Court et Nathalie Mauclair.

Ma MaxiRace 2015

La carte présentée ci-dessus est superbement interactive mais seulement si vous utilisez un ordinateur ou un écran d'une taille supérieure à celui d'un smartphone. Cela fonctionne peut-être aussi sur une tablette.

J'innove avec cette petite carte interactive qui vaut bien un long CR de course. Bon par contre, ça doit pas marcher sur smartphone. Photos et commentaires intégrés, enjoy

Quelques photos éparpillées
comme , ici ou .

Seulement 3 ravitos
au Semnoz, à Doussard
et à Menton.
Je n'ai pas mis les points d'eau.
Assez espacés,
jusqu'à 15km sur la seconde partie,
bien prévoir.

Le départ et l'arrivée
ont lieu à Annecy
sur le bord du Lac.
On part à 5h du matin
en direction de l'ouest
puis vers le Semnoz.

Avec une variété d'épreuves qui peut ravir n'importe qui, du kilomètre verticaleur au relayeur et à l'ultratraileur, l'événement organisé par Tecnica et le fort soutien supposé de la Ville d'Annecy a su devenir un des rendez-vous importants de début de saison.

Vue sur Annecy en fin de journée dans la dernière descente de la course.

Au regard de son profil et à courir la MaxiRace, ses 85km et 5300m dénivelé, le parcours de la grande se suffit à elle même : cohérence topologique avec le tour du lac, progression dans la difficulté, technicité et paysages.

Je n'avais pas d'objectifs particuliers sur cette course autres que ceux de continuer ma préparation de saison et de prendre du plaisir. Comme sur toutes les courses cependant je me prends au jeu et je pars un peu trop vite. Au premier ravitaillement en haut du Semnoz, je retrouve Julien qui je le sais est plus rapide que moi. Dans l'ambiance, et avec l'envie de partager quelques kilomètres avec lui et ses potes, je resterai sur le même rythme jusqu'à la mi-course et le second ravitaillement de Doussard.

Il est 7h45, le sommet du Semnoz premier ravitaillement de la MaxiRace.

Comme sur tous les Ultras, la course commence toujours à sa moitié. C'est encore plus vrai sur la MaxiRace qui offre une seconde partie, un retour vers Annecy sensiblement plus technique. L'effort est aussi récompensé par de superbes paysages et vues sur le Lac comme lors du passage au Roc de Lancrenaz et depuis le sommet du Mont Baron en fin de course. Sur cette seconde partie, déjà un peu entamé par le matin, je vais réduire l'allure et profiter de la montagne en faisant plusieurs pauses dans l'herbe. Fatigue aidant pendant quelques heures je décide plutôt de profiter de cette montagne de printemps.

Je ne sais plus où je suis à cet endroit, sans doute entre le col de la Forclaz et Lancrenaz.

Vue plongeante dans le Lac d'Annecy depuis le sommet du Roc de Lancrenaz.

Je termine la course en relativement bonne forme, les jambes résistant et prennant même encore du plaisir lors de la descente finale sur Annecy embellie par le coucher de soleil sur la ville.

Je ne fais pas cette fois-ci de CR de course détaillé. J'avais envie d'une belle carte interactive.

D'autres récits de courses

Nous étions nombreux à Annecy sur la MaxiRace, mais aussi sur l'un des autres formats, Marathon ou XL Race :

La MaxiRace en images

Ces photos on été prises durant la course, ce sont les mêmes que sur la carte mais en grand format.

La Bascule une fois arrivée au sommet du Semnoz.

Comme toujours merci aux bénévoles.

Julien "Mangeur de Cailloux" Djozikian en meneur d'allure de luxe.

Je suis globalement satisfait des ravitos (quiches, pizzas, fromages...). Ici à Doussard. Manquait juste un peu de bananes.

Un peu avant le Col de la Forclaz.

Il reste 30km, déjà 55 dans les jambes. Je m'arrête ici quelques instants.

Quand on est au pied du Roc. A ce moment de la course je ne suis pas au mieux.

Début de la descente depuis Lancrenaz vers Menton Saint Bernard.

En sortant de Menton, la montée reprend progressivement.

Vue sur je ne sais pas quoi vers l'est.

Vue sur le Lac et au loin le Semnoz où nous étions le matin.

Au sommet de la dernière bosse, il n'y a plus qu'a savourer la descente.

Partager