Ultra Trail des Ô Plateaux

121km et 5300d+ à Madagascar

Pour mon anniversaire je m'offre un billet d'avion pour Madagascar. l'UTOP sera mon premier Ultra de la saison. J'ai du annuler la TransGranCanaria en mars et j'ai envie d'en découdre avec les sentiers. Les sorties d'entrainement sur mes chemins de Meudon et Clamart à filmer mes premières vidéos (La coulée verte, La côte de la Garenne) ne remplacent évidemment pas l'ambiance d'une longue course. Je ne savais pas encore ce qui m'attendait là bas sur les Hauts Plateaux de Madagascar, et je n'ai pas été déçu. Un Ultra Trail est déjà en soit une réelle aventure, alors quand il se passe dans un pays aussi beau il devient extraordinaire.

📷 Ultra Trail des Ô Plateaux | 121km et 5300d+ à Madagascar

La course en raccourci

profil de course UTOP

Le profil de la course. Il y a aura sans doute de longue sections où il faudra courir si le terrain le permet.

Je suis déja allé à Madagascar il y a 4 ans, un superbe voyage en direction de cette région méconnue du Makay. J'avais à l'époque fait quelques photos des Hauts-Plateaux que je m'apprête cette fois-ci à traverser sur une petite partie... en courant

Contrairement à mes habituels récits de course, aujourd'hui je ne vais pas beaucoup écrire. Il n'y aura pas non plus le portfolio que j'avais eu l'habitude de présenter sur la carte de la course. Cette fois-ci j'ai filmé. Ce film je l'ai voulu surtout pour montrer une course de l'intérieur, les photos et les mots ne sont souvent pas suffisants.

L'UTÔP est une aventure. Courir dans les montagnes françaises est un exercice technique, éventuellement contemplatif. Courir l'UTÔP est une claque humaine.

Le départ a lieu dans une réserve animalière. On nous dit de ne pas faire trop de bruit, les crocodiles n'aiment pas. La montée sèche des premiers kilomètres met tout le monde au pas et après deux heures de course je suis seul. En effet, avec seulement 120 coureurs au départ les écarts se creusent très vite.

Je cours ainsi de longues heures en pleine campagne Malgache où souvent personne ne se rend. Au premier village traversé il fait encore nuit mais l'ambiance est hallucinante, digne d'une étape de col du Tour de France. Je suis acclamé, les enfant courent avec moi, je n'ai jamais vu ça ailleurs. On me dira plus tard que dans ces villages isolés il ne se passent rien de jamais inhabituel: à Madagascar l'UTÔP est un événement majeur, et c'est ici dans leurs rizières que ça se passe.

je me suis arrêté quelques fois, peut-être pas assez souvent, pour profiter de l'ambiance et de la vie des rizières.

Le parcours est technique, très technique sur la première partie lorsqu'on traverse les rizières. On ne peut pas facilement y courir, un passage de rizière est souvent étroit et les sentiers montant et descendant les collines sont très raides et excessivement glissants lorsqu'il pleut.

Je tiens aussi à remercier mes camarades d'un jour, ces incroyables coureurs Malagasy avec qui j'ai eu le plaisir de partager quelques moments ainsi que Frédéric Gay et Denis Clerc alias Zinzin Reporter qui nous offre une superbe vidéo de sa propre expérience! Sur la possibilité de pouvoir vraiment montrer ce qu'on vit sur une course, c'est un maître. Merci Denis c'était génial.

Un peu avant la mi-course et sur les 30 derniers kilomètres, de longues parties plates et roulantes ajoutent de la difficulté à l'ensemble: il faut relancer et pouvoir tenir la cadence après 90km de course technique.

Je suis très satisfait de ma gestion de course, peut-être une des meilleures jusqu'à présent, et motivé par cet objectif banal de terminer en moins de 24h (je me suis en fait trompé d'une heure dans mes calculs) je fini en 22h50 en courant bien jusqu'à la fin des 120km.

Sur cet UTOP, il y avait aussi le 30km qui fut le support des Championnats de Trail Malgaches, du 65km déjà un beau morceau, et des courses plus populaires offrant la possibilité de découvrir le trail. J'ai aussi rencontré plein de gens passionnés: la prometteuse Marine Asselin, Aubin Lopeo et sa brillante technique du "j'bois tout s'qui m'reste" pour s'alléger en fin de course. Bravo à Valérie Legros et Fanny Coÿne qui gagnent leur course, ce plaisir accessible aux champions.

J'ai aussi beaucoup aimé discuter avec Frédéric Gay, Fanny Coÿne, Fabien Arenne et Michel Cercueil lors de nos petits déjeuners à l'Akoa. Des passionnés de trail, simples, modestes et intelligents avec qui on ne peut qu'apprendre. Bravo aussi à la superbe organisation de Luc Arnaud et Rivo Andriamanalina, l'UTOP n'a rien à envier aux grandes courses françaises, et même plus, lorsqu'on voit l'état des routes. Certains PC n'étaient simplement pas accessibles en voiture, il faut une sacré expérience logistique pour organiser l'événement.

Photos prises pendant la course

Les premiers champs et partie roulantes entre le PC1 et le PC2.

Vue sur la vallée depuis la longue montée "le cric", après le PC2.

Avec mes camarades de courses quelque part après le PC3.

Un peu après la mi-course avec Zinzin Reporter et Frédéric.

La grande rizière après le PC5

L'activité dans les rizieres est à son maximum à ce moment de la journée

Quelques kilomètres avant le PC6. La vue est splendide et tpique des hauts plateaux.

Au même endroit que la photo précédente mais au téléobjectif.

Dernière photo avant la nuit depuis le sommet

La course a lieu du 6 au 8 mai. Je n'ai aucun idée du profil ni du temps que je vais mettre. Une chose est certaine, je prends mon appareil photo avec moi.

Les vidéos!

L'avant course

Synthèse du voyage qui m'a conduit de Roissy/Charles de Gaulle au Lycée Français de Tananarive pour récupérer mon dossard de course!

Le Teaser

Je me suis dis que je n'arriverais jamais à caler en 2min tout ce que j'ai vu pendant ces 24h de course, alors j'ai fait un teaser!

La vidéo de la course, 18 minutes d'effort et de rire

Vidéo sans réflexion préalable, les moments pris sur le vif et quelques passages instinctifs dans l'effort. Le tout en traversant les villages des Hauts-Plateaux et quelques paysages Malgaches.

Partager