Le test des On CloudUltra 2, sur le Marathon du Mont Blanc !

Pas seulement pour l'Ultra

Deux ans après la première version de la CloudUltra qui marquait un renouveau dans la gamme trail de la marque Suisse, la On Cloud Ultra 2 arrive. Plus fine, plus polyvalente, je l'ai même choisie pour courir le Marathon du Mont-Blanc. Voici ma présentation et mon avis détaillé après un test complèt de la chaussure.

📷 Le test des On CloudUltra 2, sur le Marathon du Mont Blanc ! | Pas seulement pour l'Ultra

Caractéristiques On-Running Cloudultra

  • Poids 307g
  • Prix catalogue 190€
  • Drop 8mm

Usage: Pour les longues distances, les Ultra Trails, sur terrain polyvalent.
Points forts: Le confort, le maintien, le look
Points faibles: Chaussant difficile, un peu serré, le prix
Note: 4.25/5

Avant d'aller plus loin, j'en profite pour annoncer le lancement du comparateur rundeals.fr qui liste (entre autres) les avis et meilleurs prix sur les On-Running Cloudultra. RunDeals, un service développé par mon équipe !

Présentation générale

Cela fait un moment que je n'ai pas testé de chaussures de trail On, et à vrai dire la dernière fois c'était la première version de cette CloudUltra. C'était il y presque 2 ans 1/2, voici mon avis à l'époque. Cette nouvelle version semble, de visu, très proche de la V1, je pose les 2 modèles en photo ci-dessous.

On CloudUltra, profil extérieur

La CloudUltra 1

La On-Running CloudUltra 2

La CloudUltra 2

Les différences sont pourtant bien là. L'empeigne (le tissu) est construite en deux parties. La principale qui recouvre le pied, et une seconde couche, un tissu qui joue un rôle de protection et qui "flotte" sans trop de contact sur la tige. Il m'est difficile d'en évaluer la robustesse, mais cette couche superficielle est construite dans une fibre assez dure.

Zoom sur les On-Running CloudUltra 2

On peut deviner ci-dessus l'empeigne en 2 couches, un mesh noir par dessus un tissu gris clair qui sert de base au chausson. Ce chausson est d'ailleurs repris de la première version, mais je le trouve plus léger, en particulier au dessus du coup de pied. La chaussure est aussi plus simple à enfiler que dans mon souvenir.

Le talon de la On-Running CloudUltra 2

Le talon est lui aussi plus léger, moins structurant, l'arrière au dessus du talon d'Achille en particulier. L'ensemble est plus souple, et ma première impression est très bonne. Etonnament, puisque son nom de CloudUltra la destine... aux Ultras, je la verrais plus sur des courses de moyenne distance.

Les cramoons de la On-Running CloudUltra 2

La semelle extérieure est très similaire à celle de la première version, les différences se limitant à quelques détails dans le positionnement des crampons. Les soucis d'accroche des premières versions des chaussures de trail On  (les CloudVenture par exemple) n'étaient déjà plus qu'un mauvais souvenir sur la CloudUltra 1. A re-valider quand même.

La semelle intermédiaire a été redessinée. Les clouds, ou la technologie Helion selon, sont toujours là mais ils sont plus fins et allongés. Je ne saurais en déduire le comportement de la chaussure, sur cette simple information, mais ma première impression est que la CloudUltra 2 est plus fine et réactive. Les chiffres de stack à compléter.

Le test de la On-Running CloudUltra 2

On retrouve aussi un système qui permet de tendre les lacets à l'avant de la chaussure (déjà présent sur la première version), que je n'utilise pas. Mais pourquoi pas. Egalement, juste au dessus, un passant qui permet de ranger les lacets, fort pratique lui.

Dernière information, le drop passe de 8mm à 5mm sans perdre en amorti sur l'arrière. C'est l'avant qui est légèrement plus épais. Poids mesuré sur ma balance :

Sur le terrain

 

Le test de la On-Running CloudUltra 2

 

 

Je vais revenir sur cette partie après le Marathon du Mont-Blanc, mais mes premières impressions à la suite de 2-3 sorties en montagne sont excellentes. Plus dynamique, plus précise, cette nouvelle CloudUltra 2 est bien différente de la première version sortie il y a 2 ans. Je la trouve surtout beaucoup plus polyvalente que ne l'indique son nom : c'est d'ailleurs pour cela que j'ai décidé de courir ce 42k avec. Comme souvent chez On, la chaussure est éventuellement un peu ferme, l'amorti n'est pas son point fort : attention si vous vous dites "une cloudUltra" c'est surement de la grosse semelle. En revanche, comme d'habitude chez la marque Suisse, le confort est excellent.

La suite plus tard !

Pour terminer, n'hésitez pas à consulter mon comparateur rundeals.fr qui présente les promos sur les On-Running Cloudultra (entre autres). Si vous l'utilisez, vous contribuerez à faire vivre Journal du Trail !